Vincent Roy, ébéniste à Pondichéry

Vincent Roy, Français diplômé ébénisterie a décidé de s’installer à Pondichéry après plusieurs années d’expérience en Australie, au Cambodge et en Inde. Il allie le meilleur de la technologie européenne à la connaissance ancestrale indienne.

shopping

Pourquoi es-tu venu en Inde ?

J’avais envie de voyager, de vivre une nouvelle expérience. J’ai eu la chance de rencontrer un ébéniste installé à Pondichéry depuis 20 ans, Patrick Lafourcade pour qui j’ai travaillé en 2008 puis je suis parti en Australie travailler pour  » MORTICE AN TENON » à Melbourne.

J’ai ensuite démarré un  petit tour en Asie (Thaïlande, Viêt-Nam, Cambodge, Laos, Indonésie) pour finalement trouver du travail au Cambodge. Six mois après, j’ai décidé de revenir à Pondichéry et démarrer cette nouvelle aventure pour reprendre le flambeau de l’artisanat français avec une touche scandinave moderne.

Combien de temps cela t’a pris pour réaliser ton projet ?

Environ une année pour trouver le lieu idéal, les partenaires idéals, construire l’atelier et créer la structure de l’entreprise.

Cela n’a pas été une partie de plaisir car mon associé qui m’était cher a eu un accident de voiture et j’ai dû continuer cette aventure seul.

Quelle est ton expérience avant de t’installer à Pondy ?

Avant d’arriver à Pondichéry, j’étais installé à Paris et j’ai travaillé dans le domaine de la restauration de meubles anciens pour Mr Lafarge à Paris durant deux années.

Qu’aimes-tu comme style ou type de meubles ?

J’aime les meubles simples épurés et aériens, ce qui rend l’espace plus volumineux. Le style scandinave danois des années 50 est l’exemple parfait : des meubles légers, ergonomiques et pratiques. Alors, je le revisite avec une touche moderne.

Comment t’approvisionnes-tu en matière première ?

Je travaille avec trois négociants qui parcourent les routes du sud de l’Inde afin de trouver des maisons en fin de vie. Avant qu’elles ne soient démolies, le négociant achète toute la boiserie ancienne des maisons (colonnes et charpentes) et me les revend. J’utilise les bois anciens car ils sont beaucoup plus stables que les bois neufs et c’est aussi pour minimiser les risques de craques ou fissures et bien sûr parce qu’ils sont beaux et ont d’incroyables veines.

Comment as-tu formé ton équipe ?

J’ai composé dans mon atelier quatre équipes de menuisiers (un apprenti et un menuisier) et une équipe de trois personnes pour les finitions. Ils sont supervisés par moi ou par Mani, le manager. Il y a toujours l’un d’entre nous qui reste présent dans l’atelier afin de suivre chaque travail et accompagner les équipes lors d’un nouveau design qu’ils n’ont encore jamais réalisé. Les apprentis restent avec leur maitre menuisier jusqu’à ce qu’ils deviennent à leur tour menuisier junior et maitre.

Vincent Roy

http://www.woodndesign.in/